Mathieu Handfield
Explorer les différents formats

Entrevue avec Mathieu Handfield

Entrevue avec Mathieu Handfield

SAM: Salut Mathieu! Tu écris autant pour le théâtre, pour des courts métrages que pour le web. Quels sont les sujets qui t’inspirent en tant qu’auteur?

Mathieu: J’aime traiter de trucs de manière la plus décalée possible. Dans la pièce de théâtre Le voleur de membres, le personnage principal s’est fait voler un pied et tout le monde autour de lui se met à le déposséder de ce qu’il a. Ça parle de l’absence d’objectif et pour moi, c’est grave de ne pas savoir ce que tu veux le plus. Mais ce n’est pas traité comme un gars qui fait du 9 à 5 et qui trouve que sa vie n’a pas de sens. Je me sers d’une métaphore, et le fait que ce soit décalé permet au public d’avoir du recul. Je n’ai pas de sujets de prédilection, mais j’aime parler de sujets avec un certain décalage… C’est là que l’imagination me vient.

C’est normal que ce ne soit pas bon pendant un bout, mais il faut se relever et continuer. C’est le conseil que j’essaie de donner à la relève. La discipline, c’est l’affaire la plus dure.

SAM: As-tu une façon spécifique de travailler lorsque tu écris?

Mathieu: J’ai un flash. Souvent, ça ne dure pas longtemps. C’est rare d’avoir de l’inspiration, alors je me lève et j’écris. C’est de la discipline. J’aime miser sur les bouts qui sont bons. Je ne me concentre pas sur corriger les affaires qui ne marchent pas. Ce n’est pas métaphysique ou ésotérique. La première fois que j’ai fait un truc plus long, mon premier livre, si je ne m’étais pas vanté que j’écrivais un livre, je ne l’aurais jamais fini. C’est une bonne leçon. C’est normal que ce soit pas bon pendant un bout, mais il faut se relever et continuer. C’est le conseil que j’essaie de donner à la relève. La discipline, c’est l’affaire la plus dure, surtout quand tu travailles seul.

SAM: En quoi est-ce différent d’être conseiller à la scénarisation?

Mathieu: En tant que script-éditeur, je me permets de brasser les cartes tout en faisant attention de garder le ton, les idées. J’essaie de poser des questions plus que de proposer des solutions. C’est facile de «décâlisser» tes idées, parce qu’il y a plein de trous au début du processus créatif, mais c’est super dangereux de faire ça. Quand je travaille avec d’autres, je fais vraiment attention avec ça, parce que les idées sont naissantes. Des fois, il y a des idées que tu vois évoluer et qui fonctionnent même si tu ne le vois pas nécessairement au début. C’est correct que l’idée ne soit pas bonne tout de suite. Il faut laisser les questions se résoudre d’elles-mêmes. Quand tu écris, des trucs pas prévus vont te venir.

On se bat contre des vidéos de chats. Ce sont d’autres habitudes d’écoute, et c’est intéressant à explorer.

SAM: Tu as joué dans beaucoup de séries web. Était-ce un tremplin pour toi?

Mathieu: Je ne vois pas ça comme un tremplin. Pour moi, c’est vraiment le format qui me permet d’explorer des formes d’écriture. Il y a des trucs que j’ai faits qui n’auraient pu exister ailleurs que sur le web. Les habitudes de consommation ne sont plus les mêmes. Les séries web sont consommées sur le pouce. On se bat contre des vidéos de chats. Ce sont d’autres habitudes d’écoute, et c’est intéressant à explorer.

SAM: C’est pour ça que ta série web Mouvement Deluxe est aussi courte, punchée?

Mathieu: Tout a été réfléchi pour que ce soit facile à écouter et que ça capte l’attention. Il y a vraiment un pacing dans les sketchs, les lieux, les appuis sonores. Tout a été réfléchi pour ne pas perdre l’attention du public. On sait que les gens ne sont pas installés dans leur salon. Mouvement Deluxe, c’est très court, hyperactif, coloré, facile à consommer.

C’est épeurant, car Mouvement Deluxe sur papier c’est pas bon… c’est même plate! Même en tournage, lorsqu’on anime les personnages qui n’ont pas encore de visage, c’est weird à regarder. C’est au montage que ça devient drôle, voire au mix final.

SAM: Vous avez donc développé une mécanique?

Mathieu: Quand on a monté les pilotes pour exporter Mouvement Deluxe à l’étranger, on s’est rendu compte que tout est dans la rythmique du montage. C’est épeurant, car Mouvement Deluxe sur papier c’est pas bon… c’est même plate! Même en tournage, lorsqu’on anime les personnages qui n’ont pas encore de visage, c’est weird à regarder. C’est au montage que ça devient drôle, voire au mix final. Certains sketchs ont besoin d’avoir un contre-ballant, des agencements musicaux. Sans ça, c’est catastrophique. J’appelle ça de l’humour de montage. Toutes les palettes de couleur sont des stimuli visuels, comme si tu mangeais des bonbons.

SAM: Que permettent le stop-motion et l’animation dans Mouvement Deluxe?

Mathieu: Un contrôle absolu. Je pouvais avoir une cuisine exactement dans la palette de couleurs que je voulais. Ce luxe-là, c’est rare qu’on peut avoir ça. On peut avoir un contrôle sur le rythme des scènes. Pour une série web, ça coûte cher, et c’est surtout très long à faire. Moi j’aime ça, mais pour bien du monde, ce serait une torture! Ça demande aussi beaucoup d’expertise. Dans notre cas, on a appris en le faisant.

Ce que tu veux raconter va imposer un format. Quand je disais que le web, ce n’est pas un banc d’essai vers la télé, le format web permet des choses.

 SAM: Est-ce essentiel pour toi d’écrire dans plusieurs formats?

Mathieu: Chaque format te permet une chose différente. Mouvement Deluxe en pièce de théâtre, ce sera pas très bon… Je n’ai jamais voulu placer de barrière dans ce que je fais. J’ai commencé en écriture, mais je ne me suis jamais arrêté à ça. Ce que tu veux raconter va imposer un format. Je ne m’empêcherais pas de faire de la BD par exemple. Quand je disais que le web, ce n’est pas un banc d’essai vers la télé, le format web permet des choses. Une pièce ne sera pas écrite comme un film. Il faut rester attentif à ce que ton histoire nécessite. Je pars de l’idée, de l’histoire pour ensuite choisir un format…

Entrevue par Élise Madé

SAM te conseille d'autres lectures.

Entrevue avec Sophie Deraspe

Sophie Deraspe: Mélanger les codes du documentaire et de la fiction

Lis l'article
Entrevue avec Eric K Boulianne

Eric K. Boulianne: Une vision d'auteur pour un large public

Lis l'article
Entrevue avec Rafael Ouellet

Rafaël Ouellet: Le besoin de se dépasser

Lis l'article
Entrevue avec François Létourneau

François Létourneau: L'écriture, c'est une conversation

Lis l'article